Plaidoyer Élections municipales 2020
Les Ateliers Vélo Participatifs et Solidaires de quartier : leviers pour une mobilité active et conviviale par le collectif d’ateliers d’aide à la réparation de vélos de la métropole lilloise

A l’initiative de l’association « Les jantes du Nord », un collectif d’ateliers d’aide à la réparation de vélos a construit les propositions suivantes et invite les candidats à s’en saisir pour encourager le développement de ces ateliers dans leurs communes et à l’échelle métropolitaine.

télécharger le communiqué de presse :

UN ATELIER VELO PARTICIPATIF & SOLIDAIRE : KEZAKO ?

Depuis une dizaine d’années, des ateliers vélo comme Les Jantes du Nord, Astuce ou Busablicou, se créent et essaiment dans plusieurs quartiers de la Métropole lilloise (Hellemmes, Bois Blancs, la Madeleine, Villeneuve-d’Ascq...). Les activités d’un atelier s’articulent autour de la :

Transmission en mécanique cycle :

- aide à l’auto-réparation de son vélo via un atelier fixe où chacun peut venir réparer et entretenir son vélo par lui-même avec l’accompagnement de bénévoles et des outils professionnels mis à disposition,
- des ateliers hors-les-murs dans divers milieu (scolaire, associatif, en collectivités, en entreprise...)
- des formations à la mécanique cycle,

Revalorisation de vélos et de pièces

- récupération, démontage et remontage de vélos
- recyclage et réemploi de pièces

Promotion du vélo

- animation d’événements
- communication

L’atelier d’auto réparation permet le développement de services vélo complémentaires aux commerces vendant du neuf. Il promeut la mobilité active et zéro carbone. En permettant également la transmission de connaissances, il favorise l’autonomie et la responsabilité des usagers dans leur pratique du vélo. Il contribue à réinventer la mobilité des personnes en les accompagnant dans leur démarche de changement.

NOS VALEURS

PARTICIPATIF  : Les ateliers sont portés par l’engagement de bénévoles (animation de l’atelier, administration de l’association) et animés avec l’appui de salarié·es.
SOLIDAIRE : Les ateliers ont le souci de s’adresser au plus grand nombre et souhaite rester accessible quel que soit son budget (l’adhésion pour un an coûte environ 20€)
L’ADEME montre que les ateliers répondent à une véritable demande des usagers : la moyenne des revenus des adhérents de ces ateliers est plutôt basse et inférieure au revenu moyen en France
CONVIVIAL : L’influence d’un atelier vélo s’exerce à l’échelle d’un quartier ou d’une petite ville tout au plus.
Cette présence de proximité et son principe d’ouverture à toutes et tous en font un lieu de rencontres, d’échanges, d’entraide et de partage : un véritable lieu d’intensification des relations sociales.

ALORS ÇA ROULE ?

Ça roule plus : les ateliers vélo permettent à plus de gens de rouler à vélo. En fait, une des raisons principales pour ne pas faire de vélo est de ne pas en avoir, ou d’en avoir un en mauvais état. En terme de report modal, le vélo peut être un substitut à la marche à pied, mais permet aussi d’aller plus loin, remplaçant souvent les transports en commun ou la voiture (enquête de l’ADEME 2017). Donc plus
de vélos qui roulent, moins de bouchons !
Ça roule mieux  : selon cette même étude, les usagers des ateliers savent mieux diagnostiquer les problèmes de leur vélo, les réparent plus tôt et les entretiennent plus fréquemment. Soit moins d’accidents.
Et les ateliers « roulent » aussi, ils fonctionnent bien ! A condition d’avoir un minimum de soutien... Et en plus des aspects mécaniques, les ateliers vélo sont des lieux d’échange, de partage, de mixité sociale, d’entraide. On y entendrait d’ailleurs souvent l’expression « ça roule, et toi ? »

DES ATELIERS UTILES AU TERRITOIRE

Un atelier vélo participatif et solidaire est au cœur d’un cycle vertueux, une illustration concrète et de proximité, des principes de l’économie circulaire, de l’économie collaborative, de l’économie de la fonctionnalité inscrit dans l’économie sociale et solidaire : un atout pour renforcer la résilience d’un territoire par l’usage du vélo. Une enquête réalisée par l’ADEME fin 2017, relatée dans la presse , démontre que les ateliers vélos ne sont pas que bon pour l’environnement et le lien social, mais aussi pour les finances des collectivités ; en prenant en compte aussi bien les externalités négatives et positives (accidentalité, santé et environnement)
l’étude montre que lorsque la collectivité investit 1 euro dans un atelier vélo, elle récupère 11.5 fois plus de bénéfices !
Enfin, depuis maintenant 10 ans, les ateliers vélos sont structurés en réseau à l’échelle nationale : le réseau
L’HEUREUX CYCLAGE rassemblant plus de 220 ateliers représentant 80 000 usager·ères, 4 000 bénévoles et 280 emplois en équivalent temps-plein.

NOS PROPOSITIONS POUR LE DÉVELOPPEMENT DES ATELIERS VÉLOS PARTICIPATIFS & SOLIDAIRES

Transmission de savoir-faire et savoir-être

« Donne-moi un vélo, je roulerai quelques jours. Apprends-moi à le réparer et je pédalerai toute ma vie »
Cette devise du réseau national des ateliers vélos l’Heureux Cyclage résume l’indispensable apprentissage, à tout âge, du bon usage, du bon entretien et de la réparation de son moyen de déplacement pour plus de sécurité du cycliste au quotidien. Dans les ateliers, nos adhérents se forment par la pratique et sur les conseils des bénévoles plus aguerris. Celles et ceux qui souhaitent aller plus loin peuvent suivre des formations en interne et devenir bénévoles. Les ateliers assurent également des formations en externes, dans diverses structures.

PROPOSITION 1 : Permettre l’accès au plus grand nombre aux ateliers, à la formation et à la pédagogie en mécanique et au bon usage d’un vélo

Rayonnement et essaimage
En dehors du périmètre d’attractivité d’un atelier vélo à l’échelle d’un quartier, les salariés et bénévoles peuvent organiser des « ateliers mobiles » dans diverses structures ou lors d’événements. Ces ateliers de courte durée sont plus souples mais nécessitent plus de temps et de moyens (préparation, déplacements) et ne permettent que de petites réparations ; ils sont néanmoins très demandés.

PROPOSITION 2 : Soutenir le développement des ateliers mobiles et la création de nouveaux ateliers vélos

"Un vélo à chaque âge, un vélo pour chaque usage"
Le développement des ateliers vélos répond à une demande forte des cyclistes de pouvoir concevoir et adapter leur vélo à un usage régulier ou temporaire : transporter des charges lourdes, des courses, un enfant, voyager, se déplacer en intermodalité, etc...Structurer une flotte de vélo mutualisée pour offrir un vélo adapté à chaque usage et à chaque âge tout au long de la vie permettrait de répondre aux besoins des cyclistes tout en participant à une véritable économie de la fonctionnalité par la mutualisation et une économie circulaire par la
valorisation permanente ou le réemploi des vélos.

PROPOSITION 3 : Soutenir la mise en réseau des ateliers vélos

Réemploi
Chaque année, 1.5 million de vélos seraient détruits en France 3 . Si le cadre d’un vélo peut être défectueux, de nombreuses pièces sont réutilisables. Il convient d’établir un partenariat avec les lieux de collectes des déchets, une communication auprès des citoyens sur les points d’apports volontaires ainsi que les fourrières
municipales. Un réseau local des ateliers vélos serait à structurer pour coordonnées la filière de réemploi.

PROPOSITION 4 : Mettre en place une véritable filière du réemploi des vélos
En selle !
Toutes ces mesures nécessitent une volonté politique et un minimum de moyens financiers et matériels : mise à disposition de locaux adaptés, aide à la création, au maintien et au développement d’ateliers, aide à l’embauche. Si des soutiens ponctuels peuvent aider la création d’ateliers, des soutiens plus réguliers, notamment au travers d’aides pluriannuelles, permettent leur développement et leur pérennisation.

Les signataires

Plaidoyer soutenu par l’ADAV, association droit au vélo : promotion des mobilités actives

voir le flyer : PDF - 870.5 ko

P.-S.

PNG - 1.4 Mo
PNG - 149.5 ko
PNG - 267.4 ko