Parlons du sas vélo
Arrêtez les bêtises

Consultez le compte-rendu et des photos de l’opération en bas de page

Ce vendredi 13 avril, l’ADAV organisait une opération "Arrêtez les bêtises", afin de sensibiliser les automobilistes au respect des sas vélo.

PNG - 139.1 ko
Le but est de féliciter les automobilistes qui respectent le sas et de "réprimander" ceux qui ne le respectent pas en leur offrant une bêtise de Cambrai. Une bêtise (confiserie) pour une bêtise (non respect du sas).

Nous distribuerons également le flyer de l’ADAV sur les sas et la nouvelle fiche du CEREMA

Venez nombreux équipés d’un gilet jaune et de votre bonne humeur le vendredi 13 avril :

  • Armentières : carrefour du Boulevard Faidherbe et de la rue Jules Lebleu de 16h30 à 18h30. Contact : bonenfant.martineAROBASEwanadoo.fr
  • Béthune : au carrefour des boulevards Jean Moulin et Raymond Poincaré à 9h45. Contact : degandbrigitteAROBASEhotmail.com
  • Dunkerque : sas Place du MInck de 17h00 à 17h30 et BVD Mendes France (Près du magasin Picard) de 17h45 à 18h15. Contact : dunkerqueAROBASEdroitauvelo.org
  • Hellemmes : carrefour Salengro/Chanzy à partir de 17h00. Contact : luc.religieuxAROBASEgmail.com
  • Lille : carrefour de la rue du Molinel du boulevard de la Liberté (au pied de la statue du Général Faidherbe) à 17h30. Contact : yves.lepinayAROBASEdroitauvelo.org
  • Lomme - Lambersart : carrefour av. de Dunkerque - rue A.Bonte - rue de la gare. RdV station de métro Pont Supérieur, de 17h00 à 19h00. Contact : adav-lommeAROBASEdroitauvelo.org
  • Valenciennes : Intersection avenue de Liège / rue des Glacis. Contact : valenciennesAROBASEdroitauvelo.org

Pourquoi le sas vélo ?

Le sas vélo est une disposition, officiellement intégrée au Code de la Route depuis 1998, à l’article R415. La première ligne d’un sas vélo, signifie un arrêt obligatoire
pour les véhicules motorisés. Selon le Code de la Route, le conducteur qui mord sur le sas vélo commet une infraction de « non respect de la ligne d’effet des feux ».
Le non-respect du sas vélo est sanctionnable par la perte de 4 points sur le permis de conduire et par une contravention de 135€.

Intérêts du sas vélo pour les cyclistes :

  • améliore la visibilité du cycliste vis à vis des autres usagers de la route : détaché de la masse des autres véhicules, sa présence se remarque mieux des conducteurs de l’intersection ;
  • améliore la sécurité du cycliste lorsqu’il tourne à gauche ou va tout droit : en lui permettant de se pré positionner sur la partie gauche ou centrale de la chaussée avant que le flot de véhicules ne se mette en mouvement et ne rende cette manœuvre plus délicate, notamment lorsque la chaussé compte plusieurs voies de circulation ;
  • permet de diminuer les risques liés à un éventuel déséquilibre du cycliste lors de la phase de redémarrage, les autres véhicules se trouvant derrière lui et non sur les côtés ;
  • évite au cycliste de respirer les gaz d’échappement en lui permettant de se positionner devant les véhicules motorisés.

Le sas vélo procure également aux piétons un meilleur confort et une meilleure sécurité : en repoussant en amont du feu la ligne d’arrêt des voitures, le sas fait office de « zone tampon », agrandissant d’autant l’espace entre les véhicules motorisés à l’arrêt et le passage piéton.

Pourtant différentes études montrent que ces sas vélos restent méconnus et peu respectés par les automobilistes et les conducteurs de 2 roues motorisées.

SYNTHESE DE L’OPERATION

Pour cette première édition, l’opération a eu lieu à Armentières, Béthune, Dunkerque, Hellemmes, Lille, Lomme-Lambersart et Valenciennes.

De manière générale, l’opération s’est déroulée dans la bonne humeur. Conformément à l’idée de départ, les militants de Droit au vélo ont arboré leur plus beau sourire. Ainsi, en moyenne, 9 automobilistes sur 10 ont accepté d’ouvrir leur fenêtre ; et c’est encore mieux quand les militants postés à un sas étaient deux : un homme et une femme.

Les automobilistes sont en majorité très cordiaux et compréhensifs à l’exception de quelques râleurs de mauvaise foi.

Les militants estiment qu’en moyenne 40 % à 50 % des automobilistes ont respecté le sas vélo, et beaucoup plus quand les militants portaient une pancarte. Ce ratio semble varier d’une ville à l’autre. Un comptage plus poussé permettrait de consolider ces estimations.

10 % à 20 % des automobilistes avouaient ne pas connaitre le sas vélo, d’où l’intérêt de ce type d’opération.

Quelques spécificités

à Béthune

Visite de la police à qui les militants ont expliqué l’intérêt de faire respecter le Sas vélo. Voici les commentaires auxquels ils ont eu droit :
- "les cyclistes roulent à 5 de front et ne sont pas corrects avec eux quand on leur fais une remarque
-  "les cyclistes roulent sur les trottoirs, ne sont pas éclairés et ont des écouteurs dans les oreilles".
Néanmoins, après discussion, une rencontre a eu lieu au commissariat : les points les plus dangereux pour les piétons et les cyclistes ont pu être remontés.
Pour privilégier le dialogue, il serait souhaitable que de nouvelles rencontres avec la police municipale de Béthune se déroulent dans un contexte plus officiel.

à Lille

L’ opération a duré 1h30. 10 paquets de bêtises distribués sur 3 sas vélo.
Les militants ont été surpris par la réaction des chauffeurs de taxi qui s’arrêtent systématiquement sur les sas et refusent tout dialogue (même quand ils passent plusieurs fois). Faut-il rappeler que les cyclistes sont leurs potentiels clients ?
Quant aux motards, ils sont majoritaires à ne pas respecter les sas vélo mais beaucoup plus ouverts au dialogue. Rappelons-le : le sas vélo, comme son nom l’indique, est dédié aux cyclistes et interdit aux autres véhicules, deux-roues motorisés comme automobiles ou poids-lourds.
Une anecdote (qui fait peur) : "excusez-moi, je n’ai pas vu le sas-vélo, j’étais occupé au téléphone..."

Conclusion

La mobilisation des bénévoles a été assez forte. Ils ont été très contents de la forme de l’action et sont très favorables au renouvellement de cette formule.
Des adhérents étaient assez partagés sur la façon d’interpeller les automobilistes avant l’opération, mais ont finalement trouvé la façon d’agir assez efficace médiatiquement et qui évite de braquer les automobilistes avec des actions "radicales".
Pour faciliter le dialogue, il est suggéré de prévoir un petit visuel recto-verso à l’avenir (un côté bravo, un côté ”pas bien”). Une autre suggestion est de prévoir une alternative aux bêtises pour les diabétiques (des amandes ?). 

Nous regrettons la faible mobilisation de la presse qui ne s’est déplacée qu’à Armentières et Dunkerque (un communiqué de presse avait été envoyé à toute la presse régionale).

Conclusion de notre correspondant local d’Armentières :
« L’opération a été globalement positive, elle est à renouveler. Merci aux organisateurs d’avoir réussi à nous mobiliser pour la bonne cause, la sécurité des cyclistes ! »

quelques les photos de l’action du 13 avril 2018